Tout va bien à Annemasse, n'est ce pas Monsieur le Maire

Publié le par Anne Michel

ANNEMASSE
Razzia sur le tiroir-caisse SNCF

Dans la nuit de samedi à dimanche, le tiroir-caisse des guichets de la gare a été dérobé par des individus, qui ont pris la fuite. Le préjudice n'est pas connu.


Paru dans l'édition 01G du 09/02/2009 (75697)




ANNEMASSE
Vol nocturne dans un restaurant

Un restaurant de la route de Bonneville a reçu la visite d'un ou de plusieurs individus, dans la nuit de samedi à dimanche. Ceux-ci ont pénétré dans l'établissement par le toit. Ils ont opéré en l'absence des propriétaires. Le montant du préjudice n'a pas été communiqué.


Paru dans l'édition 74D du 09/02/2009 (75634)




ANNEMASSE/GENEVE
Trafic transfrontalier: coup de filet anti-drogue

Les derniers jours de janvier, les policiers d'Annemasse et de Genève ont procédé à une série d'interpellations dans le cadre d'une enquête de plusieurs mois sur un trafic de stupéfiants organisé par une bande annemassienne qui avait des complicités à Genève.
Tout a commencé d'une manière très ordinaire, au mois d'août dernier, à Annemasse. Un équipage de police en surveillance dans le quartier de Romagny observe une transaction devant un immeuble, interpelle le client qui vient d'acheter 10 grammes d'herbe de cannabis, et le revendeur. Une perquisition un peu mouvementée s'ensuit au domicile de ce dernier, car sa compagne résiste aux forces de l'ordre. Le couple et le client sont interpellés et placés en garde à vue. Si le client a été relâché, le couple, déféré au parquet, a été placé en détention provisoire. Car la perquisition a permis de trouver 1/2 kilo de cannabis en doses prêtes à l'emploi, des sommes importantes en euros et francs suisses, une arme de poing. Les éléments recueillis ont permis de découvrir que cet argent provenait de deux années de vente de stupéfiants.


Cannabis et voitures de luxe

Un juge d'instruction a été nommé, et l'affaire a pris une autre dimension. Le revendeur qui pouvait approvisionner les premiers suspects a été "ciblé" et placé sous surveillance. Le groupe "voie publique" du commissariat d'Annemasse, constitué au mois de juin pour enquêter sur les affaires de stupéfiants et autres trafics, a mis à jour un réseau structuré sur le bassin annemassien et Genève.
Grâce aux accords de coopération policière qui permettent à la police française d'enquêter sur le territoire suisse et vice-versa, les enquêteurs ont découvert dans le quartier de la Servette un appartement qui servait de lieu de stockage et de conditionnement de cannabis et cocaïne. Le juge d'instruction ayant délivré une commission rogatoire internationale, la police suisse a pu perquisitionner cet appartement.
Des complices stockaient également de la drogue chez eux, moyennant rémunération, à Annemasse et Ambilly.
Entre le 13 et le 27 janvier, huit personnes ont été interpellées. Deux voitures de luxe ont été saisies (une Porsche Cayenne et une Maserati) et de l'argent, sans rapport avec le train de vie supposé de ces personnes, dont la plupart est sans emploi. 55 policiers avec une équipe du GIPN de Lyon et une unité cynophile ont été mobilisés le 27 au petit matin pour ces arrestations.
Tous ces suspects, âgés entre 19 et 30 ans, ont été mis en examen, trois sont restés en détention provisoire.


Ce sont des jeunes gens d'Annemasse, avec des antécédents judiciaires. Il y a quelques années, ils se faisaient remarquer dans la petite délinquance, ils sont passés à plus dur.

Paru dans l'édition 74D du 05/02/2009 (76204)


Publié dans Politique Municipale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Anne MICHEL 14/02/2009 11:37

Bonjour,

Dommage que seul le Directeur de MJC Sud ait le courage de vouloir me rencontrer.
J'aurais bien aimé avoir l'occasion de rencontrer égalementla Directrice et le personnel de la MJC de Romagny car les difficultés sont là aussi nombreuses.

Anne MICHEL
Conseillère Municipale Opposition

pierredesavoie 13/02/2009 17:39

SALUT ANNE,

Merci monsieur le maire,la police nationale doit maintenant s'occuper du hangar "rachetée"
par la ville pour la future clinique dont moi non plus je n'ai pas de nouvelles,enfin quelques
unes....
CA DOIT SE SIGNER CES JOURS peut etre
aujourd'hui en tout cas incessant ! et de source SUR ! dixit un tres celebre élu (majorite

un deuxieme, c'est pour février,là ça vient plutot des non élus mais bien renseignés...

A moins d'un rajout toujours possible pour le prochain conseil,dans une dizaine de jours,
les affaires traitées lors de celui ci étant déja inscrites,reste une solution éviter le conseil !
Au vu de l'opposition et de son état,cela ne va pas provoquer une conférence de presse !
Restera a voir la légalité de l'histoire,mais là aussi,vu les spécialistes de la question c'est bien partis !

Je disais donc que pour la troisieme fois depuis dimanche un nouveau squatt est en prépa,
la gangrene s'étend,avant on produisait de la richesse,maintenant c'est la police qui passe pour empécher la situation de dégénérer,voila la gestion collectiviste de la ville :
-détruire ce qui produit-
résultat,des friches,des bandes,de la désolation
pourquoi ?
par idéologie,c'est du triste et d'un lamentable
On se répete,cela empire,jusqu'a quand ?

Si vous ne me croyez pas allez voir,ou demander
aux policiers,ce batiment était tout neuf et parfaitement entretenu.
ça va durer jusqu'a quand ce cirque ?

PIERRE.

Anne MICHEL 13/02/2009 14:25

Bonjour Sphère,

Petite correction suite à votre billet, la Municipalité au sens juridique c'est le Maire plus les Adjoints, vous deviez certainement parler de l'insécurité dans la ville.

Mais votre allusion est plutôt drôle car étant donnée la situation actuelle, la Municipalité est plus qu'en difficulté.
En effet, elle doit essayer de gérer les erreurs qui s'accumulent depuis plus de 30 ans et qui s'illustrent aujourd'hui par exemple par un parking désespérement vide, le sulfureux projet chablais parc, la future clinique du Brouaz dont nous n'avons d'ailleurs plus aucune nouvelle, etc......

Anne MICHEL
Conseillère Municipale Opposition

Sphère 12/02/2009 17:45

Au-delà de toutes polémiques qui n'apporteraient aucune solution à ce problème de délinquance et à la lecture des commentaires, la majorité des auteurs s'accorde à faire ce constat: notre Municipalité est victime d'insécurité.
Le triste rappel historique apporte encore moins au débat ou à la réflexion que nos Elus devraient engager sans tarder.
Tant la Communauté éducative que les Collectivités territoriales ont un rôle majeur dans ce qui devient le fléau de notre Société, à savoir la délinquance.
L'Education de ces Jeunes passent avant tout par les Parents qui souvent, hélas, démissionnent pour s'en remettre à la discipline exercée à l'Ecole, Ecole qui ne possède plus ce crédit d'arbitre, avec cette mission, complémentaire certes, mais qui est aussi la sienne, l'enseignement du Respect et des valeurs morales.
Ces carences devenues aujourd'hui plus que courantes sont le reflet de ce qui se passe dans les rues et faubourgs de nos Cités.
Nier cet Etat de faits serait non seulement lâche mais criminel pour l'Avenir de nos Enfants et par conséquent celui de notre Pays.
Anne Michel a le courage de faire ici un constat pour faire réagir les pouvoirs publics locaux.
Plutôt que de l'accabler, encourageons-la dans son action en lui suggérant, chacun dans son domaine de compétences, des voies à suivre.
L'Humilité est souvent la clef des plus grands maux.
Annemasse n'est pas une ville aussi paisible ni sécurisante comme on se plait à nous le faire croire.
Il ne faut pas fuir devant l'évidence mais s'unir pour remédier à ces actes d'incivilités.

Lilou 11/02/2009 14:09

Bonjour Anne,
Tu sais ce qui m'interpelle aussi c'est que dans le supermarché "STOC", aujourd'hui CHAMPION les magasins ferment les uns derrière les autres (magasin de chaussures, de photo, la boucherie, la célèbre crèmerie CLAUDE...) et le cybercafé. C'est bien dommage car ce cybercafé aurait pu être un lieu convivial pour tous les habitants, non seulement ceux du Perrier mais aussi pour ceux de la ville d'Annemasse. Alors je comprends ton inquiétude face à la délinquance décrite dans le Dauphiné Libéré et qui touche la ville d'Annemasse. En effet, comment faire cohabiter les jeunes, les moins jeunes, la tolérance et le respect dans un quartier où l'économie meure et s'en va ailleurs ?! Personnellement je trouve navrant que le quartier du Perrier ou du Livron soient dotés d'une aussi mauvaise image parce que les habitants ne demandent qu'à avoir du travail pour vivre sereinement.