Etats généraux de la dépense publique : à vous de proposer !

Publié le par Anne Michel

Les « Etats-généraux de la dépense publique ». ont été lancés par  le Président du Groupe UMP à l'Assemblée Nationale car dit-il "on a lancé beaucoup de dépenses publiques pour la relance, mais n’oublions pas pour autant qu’il faut traquer les dépenses inutiles".

L'objectif est de consulter les Français, c'est ainsi que « Les députés vont faire des réunions dans leurs circonscriptions et qu'un site internet sera lancé."
Nos députés pourront ainsi faire remonter nos remarques et défendre des propositions concrètes et opérationnelles, qui pourront concerner les circonscriptions ». 



Lionel TARDY, Député de la 2ème Circonscription de la Haute-Savoie a déjà organisé cette réunion car pour lui  il est important de présenter la situation actuelle des finances publiques françaises, ainsi que les solutions que les députés UMP veulent y apporter. "L’argent public, c’est avant tout celui des citoyens, souligne Lionel Tardy. Il est donc normal, compte-tenu de la situation économique actuelle et des efforts consentis par les Français, que nous les informions de l’utilisation précise qui en faite par les pouvoirs publics"
 

En plus de cet effort pédagogique, cette réunion doit permettre de recueillir auprès des citoyens des idées concrètes afin d’améliorer la situation des comptes publics.
« Beaucoup de Français, par leurs expériences personnelles, qu’ils travaillent dans le secteur public ou dans le privé, ont des idées pour mieux répartir le budget national, diminuer les dépenses dans tel ou tel domaine... Nous vouslons leur donner la parole précise Lionel TARDY.

Dans l'attente d'une réunion sur la 4ème circonscription avec le Député Claude BIRRAUX, vous trouverez ci-dessous quelques éléments afin de vous permettre de faire des propositions concrètes.

Je vous invite par ailleurs à vous rendre sur le blog de Lionel TARDY http://tardy.hautetfort.com/  sur lequel  vous trouverez tous les liens utiles afin de faire  remonter vos idées et sachez que vous pouvez compter sur lui.

Je tiens ici à te remercier, Lionel, de m'avoir permis de reproduire des informations contenues sur ton blog et ainsi reprendre le dialogue sur ce sujet qui nous concerne pourtant tous.

Vous trouverez ci-dessous des élements vous permettant de faire des propositions.

La dette et les déficits s’accumulent de manière alarmante

La France a connu 35 années continues de déficit budgétaire de l’Etat. Que le déficit se creuse en période de crise, c’est normal. Que l’on n’ait pas profité des périodes de forte croissance pour ramener le budget de l’Etat à l’équilibre, ça l’est beaucoup moins !

Deficits publics et croissance 1975-2009

Le déficit prévu en 2009 est exceptionnel en raison de la crise.

le déficit public : dépenses publiques "de crise" et dépenses publiques structurelles


La dette publique explose littéralement :

- en 1978, elle était de 187 milliards d’euros (21% du PIB),
- en 2009, elle atteindra 1 144 milliards d’euros (74% du PIB).
En 30 ans, la France a multiplié sa dette publique par 6.


La dette de la France va subir un "effet boule de neige" :
- en 2008, le déficit public était de 52 milliards d’euros,
- en 2009, avec la crise, il atteindra plus de 104 milliards d’euros !

Aujourd’hui, chaque Français naît avec une dette d’environ 20 000 euros. Et chaque actif a sur le dos 50 000 euros de dette publique. A chaque heure qui passe, ce sont 11,8 millions d’euros de dettes publiques supplémentaires qu’il faut payer !


L’Etat consacre de plus en plus d’argent à payer sa dette : ce montant a été multiplié par 4 en 25 ans.

Ce niveau d’endettement restreint les possibilités pour les politiques publiques.

Dépense publique : pour 100 euros de dépense...


La réforme de l’Etat est une occasion unique pour lutter contre l’endettement
L’Etat s’est lancé sur les rails de la modernisation pour améliorer le service rendu et revoir les dépenses inutiles.
La Revue Générale des Politiques Publiques lancée par le Gouvernement va permettre d’alléger le fonctionnement de l’Etat de 7,7 milliards d’euros sur trois ans et de réduire le nombre de fonctionnaires de 30 000 par an grâce au non remplacement d’un fonctionnaire sur 2 partant en retraite.
 
Des exemples concrets d’économies de dépenses publiques peuvent déjà être donnés :

- Un service des achats de l’Etat a été créé. On attend une économie d’un milliard d’euros sur le montant total des achats courants de l’Etat qui sont de l’ordre de 10 milliards d’euros chaque année.

- 370 millions d’euros ont été économisés grâce à la simplification des procédures avec Internet.
Un bel exemple d’économies réalisées est celui de l’externalisation du parc automobile du Ministère de la Défense : 97,5 millions d’euros ont été économisés (soit - 25 %) sur un marché global de 360 millions d’euros. Cela représente 1 200 véhicules en moins sur un total de 20 000, 3 millions de litres de gasoil économisés par an et 60 millions d’euros récupérés grâce à la vente des voitures.

Avec un milliard d’euros, on peut faire énormément. Par exemple :
- 4 centres hospitaliers universitaires modernes  de 500 lits, ou bien
- 330 crèches, soit 19 800 berceaux, ou bien
- 100 kms de Ligne à Grande Vitesse, ou bien
- 90 piscines publiques, ou bien
- plus de 10 000 logements sociaux.


Il faut aller encore plus loin !

Avec la crise, nous serons en 2012 à 2,9 % du PIB de déficit. Pour atteindre l’équilibre d’ici 2014, il faudra dégager 58 milliards d’euros d’économies par an à partir de 2012.

En clair, cela signifie :
- soit doubler l’impôt sur le revenu,
- soit augmenter la TVA à 25 %,
- soit faire des économies.

Deficits publics et croissance 1975-2009
De nombreux pays ont réussi à réduire leurs dépenses publiques sans dégrader la qualité du service public :

- Au Canada, 11 milliards d’euros ont été économisés entre 1994 et 1998 avec la "Revue des programmes", soit 7 % des recettes de l’Etat fédéral.

- Aux Pays Bas, 18,1 milliards d’euros ont été économisés sur la période 2003-2006 grâce à une réforme en profondeur du système de protection sociale, soit 8 % des recettes de l’Etat.

- En Allemagne, l’Etat fédéral a réussi à baisser les dépenses de 35 milliards d’euros par an pendant deux ans, en 2006 et 2007.



D’autres pays s’apprêtent à faire de nouvelles réformes :

- La Suède, avec 400 millions d’euros d’économies pour les 5 prochaines années grâce à la facturation électronique généralisée pour toutes les administrations.

- Le Danemark, avec 610 millions d’euros à économiser d’ici 2013 grâce au recours accru au réseau Internet.

- Singapour, avec 250 millions d’euros d’économies d’ici 2010 grâce à un nouveau système d’information unique pour tous les ministères.

- Le Canada, avec 19 milliards d’euros à faire économiser aux entreprises chaque année grâce au lancement d’un plan pour alléger les formalités administratives.

- La Suisse, avec 3,3 milliards d’euros d’économies (soit 1% du PIB) grâce à l’examen des tâches administratives pour les rendre plus efficaces et plus simples.



L’impérieuse nécessité de réduire les dépenses, les Français en sont conscients.
Ils ont simplement besoin qu’on donne plus d’explications ! En 2008, 79 % des Français interrogés jugent que "les dépenses publiques sont si élevées qu’il est indispensable de réduire fortement les dépenses publiques". Plus récemment encore, 60% des Français interrogés estimaient que « malgré la crise, la France doit coûte que coûte éviter d’accroître son endettement et son déficit » .

Alors… à vous de nous faire vos propositions !




Publié dans Politique Nationale

Commenter cet article

JJ ROUSSEAU 01/04/2009 15:02

@ Anne Michel

Il ne devrait pas vous échapper, comme ardente défenderesse de la rigeur budgétaire, que les déplacements de votre gourou, et ils sont au moins de deux par semaine, sont payés par les
contribuables.

Alors que le "zénith" raté de la dame aux 35H (3(35 heures qualifié d'amortisseur social du choc de la crise par ded nombreux économistes)est payé par le budget du P.S.

Il n'y a pas de pire aveugle que celle qui ne veut pas voir"

Enfin la famille cachée ded Mitterand edst loin d'avoir coûté les 400 millions d'euros versés à Tapie pour l'achat des voix du PRG qui ont permis la modification constitutionnelle voulue par Tsarkozy.

Pour votre crédibilité personnelle, il serait bon que vous évitiez de reprendre comme un perroquet , la propagande usée élaborée par les portes flingues de la rue La Boétie.

Anne MICHEL 31/03/2009 23:11

JJ, tu connais la chanson et fais attention à ne pas finir dans le ruisseau car l'eau est plus que froide en ce moment.

Plus sérieusement, peux-tu nous dire combien a coûté le zenith râté de la Dame aux 35h ?

Combien a coûté à la France la famille cachée de Mitterand tant sur le plan financier que humain ?

Je te laisse réflechir et si tu veux en parler je préfère le face à face que l'écran, mais encore faut-il en avoir le courage.

Anne MICHEL
Conseillère Municipale Opposition

JJ Rousseau 31/03/2009 20:09

J'espère que ce cher Lionel, n'oubliera pas d'évoquer le coût exorbitant des déplacements de notre petit président à 400 000 euros/jour, déplacements de plus en plus compliqués pour lui, et de plus en plus circonscrites géographiquement au prêt à penser sarkoziste.

Il est vrai que dans la nouvelle unité monétaire, le Tapie qui vaut 400 millions d'euros, le déplacement ne vaut relativement que 1000 Tapies.

pierredesavoie 29/03/2009 12:49

bojour ANNE,

Raison de plus pour que l'état ne donne pas un euros pour le groupe privée la générale de sante
pour la construction de la clinique,toujours
40 MILLIONS d'EUROS d'économisés !

Cette histoire est un vrai scandale,on n'a meme pas une copie du fameux compromis ou promesses de ventes,les 5 MILLIONS d'euros empruntés par la ville sont toujours là et les terrains soit
pres de 8 hectares ce qui correspond a pres de 2 % de la superficie de la commune sont toujours en friches,quelle gaspillage le jour ou les socialos- communistes sont au pouvoir au Sahara une génération plus tard il n'y a plus de sable,
vraiment une bande de bons a rien qui gaspille l'argent public.
Il faut absolument que l'état fasse cesser ces pratiques douteuses,il en va de l'avenir de nos enfants.
Pour des élus qui ont fétées le bi-centenaire de
la révolution française ils appliquent vraiment la royauté absolue,faites ce que je dit...

Quel cynisme que d'avoir cédé le bien des Annemassiens a une multinationale et d'en etre fier,en face ils peuvent etre content,ils deviennent les premiers proprietaires privés de la commune a un prix défiant toute concurence,
ils ont bien mérités des stocks options ou autres combines du meme genres !
Merci mr le maire.
Pierre.