La future clinique privée au Brouaz, réalité ou fiction?

Publié le par Anne Michel

2012, c'est la date à laquelle l'hôpital privé Savoie-Nord devrait ouvrir ses portes au Brouaz, dans la banlieue d'Annemasse. Cette échéance annoncée au printemps 2008 n'a à ce jour pas été remise en cause, malgré les difficultés auxquelles se heurte l'opérateur, la Générale de Santé (GDS).

Ce projet ambitieux de 275 lits suppose un investissement de quelque 80 millions d'euros. Il scelle le regroupement des activités de la polyclinique de Savoie à Annemasse et de la clinique Lamartine à Thonon.

Selon le schéma retenu, le pôle genevois est consolidé, réunissant toutes les disciplines.
À Thonon en revanche, la soustraction est de mise. L'unité, qui compte 87 lits, 130 salariés et 50 médecins, devrait abriter à l'avenir un pôle de consultations pour préserver le recrutement des patients sur le Chablais et des lits de soins de suite et réadaptation fonctionnelle.

Or, l'ARH (Agence régionale de l'hospitalisation) a rejeté la demande d'ouverture de lits.
Le recours amiable déposé mi-juin 2008 devant le CNOS (comité national de l'organisation sanitaire) puis sur le bureau de la ministre de la Santé, Roselyne Bachelot, n'a pas eu plus de succès.
Un énième dossier pourrait être redéposé avec un nombre de lits encore revu à la baisse et ceux-ci qualifiés "hospitalisation complète et hospitalisation de jour".
À moins que le Groupe ne choisisse la voie contentieuse.

Autre "misère" : dans le cadre de la première tranche du plan Hôpital 2012, l'ARH n'accorde pas le moindre kopeck au projet. La GDS espérait un soutien d'au moins 30 millions d'euros ! « Nous attendons la seconde tranche », assurait, confiant, le directeur régional, Pierre-Yves Guiavarch, en février dernier.
À défaut d'être entendue sur les deux registres (ouverture de lits à Thonon et soutien financier), la GDS maintiendra-t-elle son projet ?
En guise de réponse, il est indiqué que l'acquisition du terrain au Brouaz est définitivement actée, la dernière condition suspensive ayant été levée le 31 décembre.


source : Le DL du 10/01/09

Publié dans Politique Municipale

Commenter cet article

MANU 11/01/2009 15:52

Cest vrai ce qu'écrit LILOU acter pour plusieurs millions d'euros un 31 décembre c'est
vraiment prendre les électeurs pour des demeurés.
On réglera ça aux prochaines consultations municipales en renvoyant tout ce beau monde ecrire leurs mémoires !
Il est assez coutumier de dire jamais deux sans trois !
1- L'HOSPITAL AU BROUAZ.......direction FINDROL
2- LA CLINIQUE G.S. AU BROUAZ! ça sent le roussi
3- LE CONCOURS EST OUVERT ! doté de nombreux
prix bien sur les plans,maquettes et frais
occasionnés par ce jeux sera entierement
remboursés par la ville !
le jackpot pour le gagnant et la dette pour
les autres.
manu.

Lilou 11/01/2009 15:05

Bonjour Anne, comment peut-on acter des acquisitions pendant les fêtes de fin d'année alors qu'il n'y a pas de conseil municipal pour approuver l'achat ?
Cordialement, Lilou

C.D.H.B. 10/01/2009 20:34

"les dernieres conditions suspensives sont levées le 31 décembre c'est acté" !
De mieux en mieux,en septembre c'etait réglé,
il y a une semaine c'est pour janvier,aujourd'hui c'est fait depuis le 31 décembre !
Juste avant le reveillon ou pendant ?

La question est trés simple :
Il y a t'il un pilote dans l'avion ?

Si le reste de la commune est gérée comme ça
les générations futures n'ont pas finies de payer les dettes.
Si ce n'etait pas notre argent,l'histoire nous ferait sourire mais là il serait temps que quelqu'un surveille de pres tout ces comptes.

Merci mademoiselle Michel de nous tenir informés
car dans le quartier la censure municipale a atteint des sommets.

Collectif de Défense des Habitants du BROUAZ.

pierredesavoie 10/01/2009 10:47

ANNE bonjour,

Tu sais a ANNEMASSE la fiction dépasse souvent la réalité depuis des dizaines d'années !
Les promesses non tenues (les terrains ont étés acquis....) inutiles de revenir dessus !

Aujourd'hui le DAUPHINE consacre une page régionale sur les hospitaux dans le département
et la situation de la clinique au BROUAZ n'est pas des plus acquise,je trouve que cet article est un bon reflet de la nouvelle situation crée par l'autoroute ANNECY/GENEVE ce dont personne
n'avait parlé jusqu'ici,il faut bien reconnaitre que la donne a changée que cela plaise ou non !

Annemasse souffre cruellement d'un manque de relais politique tant au niveau nationale que départementale,nous en payons le prix chaque jour,il est vraiment tant d'y mettre fin.

Les projets mirobolants n'ont que rarement de suite pendant que les autres avancent doucement
nous ont crés des commissions valdo.... avec des frais de fontionnement qui ferait mieux d'etre investis dans du solide.

La science infuse ne régle pas tout au contraire
la preuve est là ! il est temps que des élus de terrain qui savent ce qu'un euros vaut prennent le gouvernail du navire car les eceuils sont proches.

La façon de procéder pour installer cette multinationale de la santée au BROUAZ en partie sur des terrains privés est digne des régimes les plus totalitaires,ceux qui se sont prétés (e) a cette mascarade ne sortiront pas grandis
de cette affaire pour peu qu'elle aboutisse.

Tu a trés bien fait de poser les bonnes questions tu est malheureusement bien la seule.

Pierre.